Menu
Vous êtes ici»

Impôts : en Haute-Marne, le gouvernement défend le prélèvement à la source

Le ministre à l'Action et aux Comptes Publics, Gérald Darmanin était ce jeudi en Haute-Marne, à Chaumont et Langres, pour piloter sa réforme.
 
Le ministre Gérald Darmanin, aux côtés du préfet de la Haute-Marne à Chaumont © Magnum la Radio
Le ministre Gérald Darmanin, aux côtés du préfet de la Haute-Marne à Chaumont

Une visite attendue. Le ministre à l'Action et aux Comtpes publics, Gérald Darmanin était en Haute-Marne ce jeudi. Un déplacement du ministre, le premier, depuis la semaine de couac gouvernemental sur le maintien ou l'annulation de la réforme de l'impôt, qui doit mettre en place le prélèvement à la source.

C'est donc à Chaumont, à la préfecture du département que s'est d'abord rendu le ministre. Là, l'attendaient une cinquantaine de personnes, allant de chefs d'entreprises, aux directeurs de l'URSSAF, de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat ou encore la présence du président du Conseil Départemental, Nicolas Lacroix.

Après une présentation du prélèvement à la source et des moyens déployés pour que la réforme s'installe en douceur, le temps des questions. Et chacun de poser la sienne ou parfois d'exprimer ses craintes quant à la réforme. A chaque fois, un discours bien rôdé de la part du ministre, qui s'est avant-tout voulu rassurant, notamment au sujet des éventuels bugs rencontrés. Un tour de table qui a duré près d'une heure trente. 

"J'ai apporté des réponses" confie d'ailleurs Gérald Darmanin à la sortie de ce comité de pilotage, durant lequel le ministre s'est notamment défendu de vouloir alourdir le travail des chefs d'entreprises, avec la mise en place de cette réforme. "C'est une réforme qui est faite pour les salariés" explique sans détour l'ancien maire de Tourcoing.

"Je crois que le gouvernement, depuis quinze mois fait beaucoup de choses pour les entreprises et on nous l'a parfois reproché" dit-il. "Là on leur demande, en leur facilitant la vie, de nous aider à ce que leurs salariés puissent être à l'abri des accidents de la vie et que l'impôt à la source pour eux, soit d'une grande simplicité, donc elle est faite pour les salariés, pour les ouvriers".

Face au risque de voir le nombre de réclamations exploser auprès du Trésor Public, le Ministre se veut rassurant. "Dans l'impôt à la papa, dans l'impôt d'aujourd'hui, il y a déjà beaucoup de réclamations faites par les contribuables". Selon Gérald Darmanin, chaque année, 1,7 million de réclamations sont portées à l'administration, après une erreur du contribuable, 300 000 proviennent d'erreurs de l'administration.

"Nous remboursons chaque année 785 000 contribuables, pour un montant moyen de 1200 euros, donc on leur prend de l'argent qu'on ne devrait pas leur prendre et il est tout à fait certain, qu'en janvier prochain, non seulement le système sera très performant et en plus diminuera le nombre de ces réclamations".

Désormais, la phase pédagogique s'ouvre donc. Particuliers, entreprises, collectivités locales, administrations, tout le monde devra se préparer, la réforme s'appliquera bel et bien dès janvier 2019.

Gérald Darmanin, ministre à l'Action et aux Comptes publics
Kilian Kueny




Dernière modification le mercredi, 12 septembre 2018 11:35
Retour en haut

La radio

Info régionale

Sport en région

Jeux

Services en ligne

Standard03 29 08 08 87
SMS72 800