Menu
Vous êtes ici»

Vosges : le Conseil Départemental vote son budget 2019

Les élus du Conseil Départemental planchent sur le budget pour l'année 2019 ce jeudi à Epinal. Un budget en hausse, dans un contexte compliqué.
 
François Vannson Président du CD88 (à droite) © Magnum la Radio
François Vannson Président du CD88 (à droite)


455 millions d'euros. C'est le budget que vote ce jeudi le Conseil Départemental des Vosges pour l'année 2019. L'assemblée départementale, réunie depuis ce matin scrute et valide une à une les dépenses prévues. Sur ces 455 millions d'euros, 85 vont êtres consacrés à de l'investissement, un niveau élevé, environ 25%, qui devrait permettre au département vosgien de demeurer devant d'autres départements de la grande région sur ce point, comme le Haut-Rhin, la Moselle ou encore la Meurthe-et-Moselle. Les investissements qui vont se poursuivre en matière d'

Un budget qui respecte les contraintes imposées par l'Etat.

Pas facile pour l'exécutif départemental de boucler un budget, alors que de nouvelles missions lui sont confiées par l'Etat, alors que dans le même temps, les dotations sont au mieux, stables. On pourrait être tenté de réduire les dépenses de fonctionnement, mais de ce point de vue, il n'y a plus de marge de manoeuvre, "on touche les limites" assure François Vannson. Depuis sept ans, le département a entrepris une vaste rationalisation à tous les étages. Depuis 2015, les dépenses de fonctionnement étaient gelées voire réduites, compressées au maximum. Mais pour 2019, les dépenses de fonctionnement vont augmenter de 0,8%. 

Le pacte de Cahors, cible du Conseil Départemental. 

Concrètement, les collectivités locales et l'Etat sont liées par un pacte, appelé le Contrat de Cahors. Ce contrat dit que les dépenses d'exploitation des collectivités ne peuvent pas augmenter plus qu'un certain taux. Dans ces condition, difficile de garder le sourire pour François Vannson, alors que de nouvelles dépenses déléguées par l'état, ne sont pas compensées dans les dotations. "La difficulté c'est que l'Etat nous impose de ne pas augmenter nos charges d'exploitation de 1,15%. Présenté ainsi, ça paraît logique" explique le président du Conseil Départemental des Vosges. "Ce qu'il n'y a de pas logique, c'est que l'Etat, parallèlement à cela, nous impose des dépenses nouvelles sans compensation" poursuit-il. Dans le collimateur du président du département, le nombre de mineurs isolés, en forte augmentation, ou encore les AIS (les aides sociales individualisées, comme le RSA par exemple ndlr). "Et ensuite, on risque d'être taxés, pénalisés sur des dépenses nouvelles que l'Etat nous impose" explique M. Vannson.  

"C'est là où ça ne fonctionne pas" martelle-t-il. Car si pour lui, il est tout à fait normal et compréhensible que les Collectivités Locales participent à l'effort de redressement des finances publiques, lui, aurait préféré que l'Etat coupe clairement le robinet. "J'aurais carrément préféré que l'Etat nous dise bah écoutez, on diminue la dotation globale de fonctionnement" explique le président du conseil départemental vosgien. "Cela aurait été clair, et au moins, on respectait l'article 72-2 de la Constitution c'est à dire, la libre administration des collectivités locales" conclut-il.

François Vannson, président du conseil départemental des Vosges
Kilian Kueny

François Vannson, président du conseil départemental des Vosges
Kilian Kueny


Et la dette dans tout ça ? 

L'endettement du Conseil Départemental n'est pas alarmant. Le Département doit actuellement près de 280 millions d'euros. Les créances sont remboursées en 4,6 années, un rythme plutôt soutenu. "Quand on arrive à un délai de 10 ans ou plus, c'est que les choses vont mal" confie François Vannson. La dette représente tout de même 780€ par habitant dans le département.

Dernière modification le mardi, 25 décembre 2018 17:11
Retour en haut

La radio

Info régionale

Sport en région

Jeux

Services en ligne

Standard03 29 08 08 87
SMS72 800