Menu
Vous êtes ici»

Nancy : de la prison avec sursis requise pour avoir piraté des sites internet

Trois "Anonymous" ont été jugés ce lundi pour avoir piraté des sites internet d'institutions en protestation contre le centre d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure (Meuse). Le parquet a requis des peines symboliques de 4 à 10 mois de prison avec sursis.
 
Mobilisation de soutien aux anonymous © Magnum la radio
Mobilisation de soutien aux anonymous

Bien qu'agissant masqués, les "Anonymous" qui ont lancé des cyberattaques, en décembre dernier contre les sites web du Conseil général de la Meuse, du Conseil régional de Lorraine et de l'Andra (agence nationale de gestion des déchets radioactifs), se sont fait démasquer sur la toile. Ils ont aussi attaqué le site du ministère de la défense, le 6 janvier dernier.

Ils sont âgés de 20 à 41 ans, l'un d'eux habite Nancy, un autre, est originaire des Ardennes et réside à Reims, le dernier d'entre eux est originaire de Belgique. Trois hommes au profil très différent. 

Les trois protagonistes risquent jusqu'à 10 ans de prison et 150.000 € d’amende. Un maximum qui ne sera jamais atteint même en cas de condamnation. La procureur adjointe de Nancy a requis 4 à 6 mois de prison avec sursis pour deux d'entre eux, et 8 à 10 mois toujours avec sursis pour le troisième hacker qui n'était pas présent au procès. 

Dans l'idée, ces "activistes" souhaitaient faire passer un message sans aucune volonté de nuire. L'objectif était d'obtenir la tenue d'un référendum sur le projet d'enfouissement de déchets nucléaires. 
Pour eux, attaquer ces sites internet, c’est comme s’ils étaient sortis dans la rue pour manifester… Ils fustigent des réquisitions disproportionnées.
Loïc Schneider, le plus jeune des trois prévenus...
Loïc Schneider, l'un des trois prévenus


Les peines encourues sont "écrasantes" pour Me Etienne Ambroselli, avocat du plus jeune Anonymous jugé ce lundi, Loic Schneider, âgé de 20 ans. "La justice se trompe de cible"

Ecoutez


Pour Me Marc D'Hauldefeuille, avocat de l'ANDRA, l'argument des Anonymous d'entrer en discussion avec son client en piratant un site internet n'est pas recevable.
Ecoutez
 

Durant ce procès, près de 70 personnes, militants écologistes ou Anonymous sont venus soutenir les prévenus.
Benjamin, ami du jeune nancéen jugé pour le piratage de plusieurs sites webs
Diane Charbonnel

Le jugement sera rendu le 23 novembre prochain.
Dernière modification le mardi, 10 novembre 2015 08:22
Retour en haut

La radio

Info régionale

Sport en région

Jeux

Services en ligne

Standard03 29 08 08 87
SMS72 800