Menu
Vous êtes ici»

Haute-Marne : une procédure en urgence pour catastrophe naturelle

Après les violents orages du début de semaine, la préfecture lance une procédure d'urgence pour la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle.
 
Les dégâts à Corlée (52) capture d'écran © Préfecture de la Haute-Marne
Les dégâts à Corlée (52) capture d'écran


La vague orageuse qui s'est abattue ces deux dernières nuits sur la Haute-Marne a laissé des traces. D'importants dégâts ont été causés par les précipitations très intenses générées très localement sous les orages. Par exemple, il est tombé plus de 60 millimètres de pluie à Humes dans la nuit de mardi à mercredi, ce qui représente soixante litres d'eau au mètre carré, le tout en moins de trois-quarts d'heure. 

Le préfet de la Haute-Marne s'est rendu à plusieurs reprises sur le terrain, pour constater l'étendue des dégâts, et échanger un peu avec les habitants. 10 communes ont été touchées, dont Cirfontaines-en-Azois, Orges, Chateauvillain, Bricon, Maranville, ou encore Corlée, Humes et Langres. Sur ces deux nuits, près de 190 habitations ont nécessité l'intervention des secours précise Françoise Souliman, qui ajoute qu'au total, 71 mises à l'abri de personnes ont été effectuées.

Françoise Souliman, Préfet de Haute-Marne
Kilian Kueny

La Nationale 19 a même dû être coupée à la circulation aux environs de minuit, suite à une coulée de boue, la route n'est devenue à nouveau praticable qu'à partir de 4H30 ce mercredi matin. 

Ce mercredi matin, l'heure était au nettoyage à Langres, Humes et Corlée, Françoise Souliman était donc sur place. L'occasion d'échanger avec les habitants après ces inondations éclair, d'autant que le temps devrait rester orageux dans les jours à venir.

"Je pense qu'il y a de la crainte, mais il y a surtout de la sidération, parce que, c'est des phénomènes tellement violents et rapides, trois heures après vous n'avez plus rien, vous n'avez plus d'eau, mais vous n'avez plus d'objets non plus". rajoute le préfet, qui voit quand même du positif "même si c'est important, ce ne sont que des dégâts matériels, mais nous n'avons eu ni blessé ni disparus à déplorer et c'est le plus important".

Vers une reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle accélérée

La préfecture du département indique qu'une réunion s'est tenue ce mercredi, avec les maires des dix communes touchées par les récentes intempéries, au sujet de la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle. Deux communes n'ont pas souhaité monter de dossier, jugeant les dégâts marginaux, Bricon et Maranville. Pour les huit autres communes, on s'achemine vers une procédure en urgence "C'est juste un CERFA (un document administratif ndlr) à remplir pour les mairies".

Le dossier doit être transmis le 15 juin prochain au Ministère de l'Intérieur, qui étudiera les demandes le 19 juin annonce Françoise Souliman.


Dernière modification le mercredi, 06 juin 2018 19:51
Retour en haut

La radio

Info régionale

Sport en région

Jeux

Services en ligne

Standard03 29 08 08 87
SMS72 800