Menu
Vous êtes ici»

Dégradations à Epinal : un gilet jaune interpellé par le RAID

Un habitant de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) a été interpellé par le RAID ce jeudi, dans le cadre des enquêtes après les violences à Epinal le 5 janvier.
 
Un véhicule de police, illustration © Magnum la Radio
Un véhicule de police, illustration


Un jeune homme de 28 ans a été interpellé ce matin par la police à Pont-à-Mousson, en Meurthe-et-Moselle. Des policiers d'élite de l'antenne de Nancy du RAID ont été appelés en renforts. Le jeune homme est soupçonné d'avoir pris par à certaines des dégradations qui ont été commises à Epinal le 5 janvier dernier, lors de la manifestation régionale des "Gilets Jaunes", annonce le procureur de la république d'Epinal, Nicolas Heitz. 

"Cette manifestation rassemblait près de 1600 personnes, parmi lesquelles plusieurs centaines d'individus venus pour casser ou commettre des violences à l'endroit des forces de l'ordre" dénonce le magistrat spinalien.  

Agences bancaires, commerces, mobilier urbains, de nombreuses dégradations ont touché le centre-ville spinalien. "Mais également et surtout, un véhicule de police sérigraphié du commissariat de police d'Epinal" déplore Nicolas Heitz, qui avait ouvert des enquêtes pour tenter d'identifier les auteurs de ces dégradations. Lundi, trois gilets jaunes ont été jugés en comparution immédiate et ont été condamnés, deux d'entre eux ont fait appel mercredi. 

L'interpellation du mussipontain ce jeudi matin, visait précisément la dégradation de la voiture de police, selon le procureur. Le  5 janvier, "À 16H30, Quai des Bons Enfants, en centre-ville d'Epinal, un véhicule de police en stationnement a été pris pour cible par plusieurs individus" relate le magistrat, qui précise que la voiture n'était pas occupée. "Le véhicule a subi des jets de pavés dans ses vitres, de coups de pieds et de poings dans la carrosserie, pour être finalement retourné et traîné sur quelques mètres" détaille-t-il. 

Le véhicule est hors d'usage. Le suspect interpellé ce jeudi a notamment été identifié par une vidéo, il apparaissait comme étant le plus virulent, selon le procureur spinalien. 

C'est à la suite de cette identification que l'opération en vue de l'interpeller a été lancée ce jeudi matin à l'aube. Le jeune homme n'a opposé aucune résistance, il a immédiatement été placé en garde à vue et son domicile a été perquisitionné. "La perquisition a permis de découvrir des effets vestimentaires correspondants à l'individu considéré comme le plus virulent sur la vidéo" explique le procureur, évoquant notamment un masque de ski correspondant à celui porté le jour des faits, un masque à poussière pour se protéger des gaz lacrymogènes ou encore une balle en caoutchouc tirée par un flash-ball. 

Un téléphone portable, une tablette numérique et un ordinateur portable ont également été saisis et sont en cours d'analyse selon le procureur. "Cette exploitation devrait permettre de mieux connaître les motivations de cet individu et d'identifier ses complices et coauteurs" ajoute M. Heitz. Le suspect n'a pas nié les faits reprochés, lors des premières auditions menées "il a reconnu avoir à plusieurs reprises jeté un pavé sur les vitres du véhicule de police et avoir participé à son retournement" dit le magistrat.  

Le mis en cause aurait expliqué son geste par le fait de s'être trouvé alcoolisé à ce moment là, venu à la manifestation à Epinal avec d'autres personnes, il aurait par ailleurs déjà participé à d'autres manifestations de Gilets Jaunes, notamment du côté de Paris. 

Il n'est pas pour autant un inconnu de la justice assure le magistrat, "vivant en concubinage et bénéficiant d'une situation stable, il ne fait état d'aucune revendication politique et son casier judiciaire porte trace de sept condamnations, dont quatre pour des faits de dégradations graves" explique Nicolas Heitz "mais également pour des faits de violences et des délits routiers". 

Sa garde à vue a été prolongée de 24H ce soir, pour permettre la poursuite des investigations en vue d'identifier d'autres suspects. Le jeune homme sera déféré ce vendredi devant un juge d'instruction, en vue d'une possible mise en examen et l'ouverture d'une information judiciaire. Le Parquet va requérir son placement en détention provisoire, "pour éviter tout risque de concertation avec les coauteurs ou complices" explique le procureur spinalien qui veut aussi notamment éviter la réitération de ce type de faits.

Dernière modification le vendredi, 11 janvier 2019 12:13
Retour en haut

La radio

Info régionale

Sport en région

Jeux

Services en ligne

Standard03 29 08 08 87
SMS72 800