Chômage partiel : la chasse à la fraude commence

Alors que l'Etat a débloqué plusieurs dizaines de milliards d'euros pour soutenir l'activité partielle, la chasse à la fraude débute.
Magnum la Radio La DIRECCTE de la Haute-Marne, capture d'écran
Le Gouvernement avait prévenu, il y aura des contrôles. Cette semaine, les directions du travail débutent une vaste campagne de contrôle des entreprises qui ont fait une demande de mise en place de l'activité partielle, face à la crise du nouveau coronavirus. 

Plus de 12 millions de salariés ont été placés au chômage partiel dans toute la France, la mesure ayant coûté plusieurs dizaines de milliards d'euros. 

Et pour traquer les abus, la chasse à la fraude démarre cette semaine. 

"Il est prévu un plan de contrôle assez massif qui va se décliner dans les départements" explique Marie-Annick Michaux, la responsable de la DIRECCTE en Haute-Marne. Selon elle, "il est probable qu'il y ait de la fraude au télétravail", c'est à dire qu'il a été demandé à des salariés de poursuivre une activité à distance alors qu'ils ont été placés en activité partielle.

Dans le département, plus de 24 500 salariés ont été protégés par cette mesure et plusieurs millions d'euros ont été mis sur la table pour aider les entreprises.  

Pour ces contrôles, ils vont se faire sur pièce, "dans un premier temps" assure Mme Michaux puis "éventuellement sur place s'il le faut". 

"On est dans l'approche "fraude", ce qui n'est pas aberrant puisque c'est quand même des sommes colossales". "On sait bien que lorsqu'il y a des dispositifs, il y a toujours une part de fraude" ajoute la directrice du Travail.  

Pour ce qui est du nombre de contrôles, le volume indicatif au niveau national se monte à près de 50 000 entreprises à contrôler dans les prochaines semaines, 150 à 200 entreprises en Haute-Marne. Soit près de 10% des entreprises privées qui ont demandé à pouvoir mettre en place une activité partielle, "ce qui va demander un boulot d'investigation assez important" note Marie-Annick Michaux". 

Pour ce qui est des risques pour les entreprises qui ont fraudé, "si il y a fraude avéré, il y a évidemment un remboursement des montants versés à l'entreprise au titre de l'activité partielle. Et il y a aussi une interdiction pour les entreprises qui auront fraudé, de recourir à une aide publique pendant cinq ans" selon la directrice du Travail.
Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2020, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: