Coronavirus : des masques commandés, les appels aux particuliers et entreprises continuent

Les appels à recenser les masques à dispositions dans les entreprises ou chez les particuliers continuent.
Magnum la Radio / Ambulances SMET Des techniciens ambulanciers équipés pour la prose en charge Covid-19, illustration

Alors que la Région Grand-Est a lancé son "Opération masques" vendredi, les appels d'entreprises du secteur de la Santé se poursuivent, afin d'inciter les particuliers ou les entreprises à recenser les éventuelles protections individuelles qu'elles auraient à disposition. 

La Préfecture de Région elle, coordonne l'ensemble du recensement des dons de matériel afin que ce dernier puisse être dispatché entre les professionnels de santé du Grand-Est en fonction des besoins.



Par ailleurs, 3,8 millions de masques doivent être livrés dans le courant de la semaine prochaine aux professionnels de santé et aux établissement médico-sociaux du Grand-Est, annonce l'ARS. 

En Haute-Marne, alors que jusqu'ici la situation était assez calme, l'activité liée au Covid-19 s'est nettement intensifiée, même s'il reste compliqué d'établir un bilan, explique Philippe Smet, responsable des ambulances Smet et président Grand-Est de la Fédération National des Techniciens Ambulanciers Urgentistes.

"Au niveau de l'activité, c'est très compliqué aujourd'hui d'établir un bilan, parce que, le bilan change d'heure en heure. On a des vagues au niveau de l'activité, des patients, c'est très compliqué d'établir un premier bilan. On sait qu'on est au tout début de cette activité là, de cet état de crise en Haute-Marne. Aujourd'hui, on est un peu dans le flou" explique Philippe Smet.

Et comme bon nombre de professionnels de santé, eux aussi commencent à manquer de matériel. "Dans une semaine, les services ambulanciers d'urgence, qui répondent aux appels du SAMU au Centre 15, pour prendre soin, porter secours, transporter les patients suspectés atteints du virus ou qui sont malades, n'auront plus de masques" dit M. Smet.

"C'est une catastrophe car cela signifie que nous ne pourrons plus assurer nos missions. En tant que chef d'entreprise, nous ne pouvons pas prendre la responsabilité d'envoyer nos ambulanciers travailler ou s'exposer à ce virus, sans équipement de protection individuel" ajoute-t-il. 

Ces masques, ils ont évidemment une durée de vie limitée, "Les masques FFP2, il faut les changer si on les a en permanence, ça ne va durer que quelques heures, c'est du matériel consommable" explique M. Smet. Aujourd'hui, on parle de masques, mais on est pas en état de crise que sur les masques" ajoute-t-il. "Aujourd'hui, pour qu'un professionnel de santé puisse porter secours en toute sécurité et en se protégeant, c'est tout un ensemble de protections individuelles, c'est à dire que l'on va avoir le masque, on va avoir des gants, on va avoir des charlottes, on va avoir des blouses, des surblouses ou des combinaisons, des surchaussures" liste le dirigeant d'entreprise. "C'est vraiment un ensemble pour que l'on puisse vraiment être en toute sécurité" martelle M. Smet.  

D'autant plus de matériel qui va finir par cruellement manquer d'ici quelques jours à peine. "Aujourd'hui, j'ai mes collègues à travers toute la région, dont en Haute-Marne, qui ne peuvent plus répondre à ces missions là ! Pas par manque de personnel, mais le personnel s'inquiète, ils n'ont pas le matériel, ni les entreprises. Comme je le disais, on est pas contre travailler, on est pas contre acheter le matériel, on est demandeurs de tout ça, sauf que, il n'y a plus de stocks et ça devient très compliqué". 

Un appel aux dons est donc également lancé ici, envers des entreprises artisanales ou industrielles, qui détiendraient du matériel de protection et qui pourraient en faire don aux professionnels de santé. "La fédération nationale des techniciens ambulanciers urgentistes a lancé un appel aux dons des entreprises artisanales et industrielles qui nous ont déjà offert 2875 masques FFP2 et chirurgicaux (appel qui n'a concerné que 2 départements ndlr), mais aujourd'hui c'est pas suffisant, parce que les masques là, ont servi aux premières régions qui ont été atteintes. Aujourd'hui si l'on pouvait faire un appel, on appellerait toutes les entreprises du bâtiment, des garages, des carrossiers, les industries, les peintres, les tatoueurs ainsi que toute personne qui pourrait céder leurs masques aux ambulanciers. Ce qui pourrait servir de tampon justement, en attendant que les stocks reviennent" explique le dirigeant. 

"Durant cette période de crise, on a besoin de tout le monde, la population a besoin de nous , nous, on a besoin d'eux. Une personne qui n'aura quelques masques, un, deux ou trois, si il peut se rapprocher d'un service concerné, peut-être que l'on ferait vraiment un pas en avant" conclut M. Smet.  

Et pour rappel, si vous possédez du matériel de protection à donner, veuillez préciser ces dons à cette adresse mail uniquement : cozest-logistique@interieur.gouv.fr

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2021, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: