Covid-19 : trois fois plus d'appels par jour au SAMU des Vosges

Le SAMU des Vosges a vu le nombre d'appels reçus être multipliés par plus de trois comparé à l'année dernière !
Google Streets View L'entrée de l'hôpital d'Epinal, capture d'écran

645. C'est le nombre d'appels qu'a reçu en moyenne chaque jour le SAMU des Vosges depuis le début de l'épidémie de coronavirus.

C'est 3,5 fois plus que l'an dernier à la même période, souligne ce mercredi le Centre Hospitalier Emile-Durkheim d'Epinal, qui fait le bilan des dernières semaines sur le front de l'épidémie, à Epinal et Remiremont, alors que la vague épidémiquee est attendue pour la fin de la semaine.

"En trois semaines, le CHED a pu organiser une zone de pré-tri et une zone tampon pour identifier les patients porteurs du COVID-19 (et en attente d’hospitalisation) : cette zone tampon comprend jusqu’à 23 places, dont 4 lits équipés de moniteurs. L’hospitalisation des patients confirmés COVID-19 est réalisée dans le service de Maladies infectieuses, puis également dans l’Hôpital de jour et enfin dans le service de Médecine interne (ce qui a permis de dégager 66 lits pour la prise en charge du COVID-19). Le CHED a pratiquement triplé ses capacités de Réanimation en passant à 23 lits. Une unité de Soins de Suite COVID-19 de 12 lits est opérationnelle (la capacité devant être portée à 30 lits prochainement). Le laboratoire a également pu mettre en oeuvre un circuit pour les examens biologiques en lien avec le CHRU de Nancy et les laboratoires libéraux. Des organisations avec la Clinique La Ligne Bleue se sont structurées très rapidement dans une logique centrée sur l’efficacité et la solidarité" explique l'hôpital.

Des cellules de crise se tiennent tous les jours, quelle que soit la fonction du personnel, soignant, ou en support. Ainsi, l'hôpital a du procéder à la fermeture de plusieurs services afin de concentrer les moyens sur la prise en charge des patients atteints du coronavirus. 

Retraités de la médecine libérale, étudiants médicaux ou paramédicaux ainsi que les internes ont été mis à contribution face à la crise.

Pour ce qui est des protections, l'approvisionnement en masques chirurgicaux est aujourd'hui assuré dans les services, explique le CHED, qui précise qu'il y a toujours un manque sur certains matériels de protection individuel qu'il faudra surmonter. 

Par ailleurs, le CHOV (Centre Hospitalier de l'Ouest Vosgien, ainsi que le Centre Hospitalier de Remiremont ont prêté au CHED du matériel, notamment des respirateurs, afin de renforcer le service de réanimation.

"Le CHED est le seul établissement du territoire à être doté d’un SAMU et d’un service de Réanimation, ce qui lui confère une responsabilité particulière. Il a également assuré la fonction d’établissement de deuxième recours, à l’appui du CHRU(de Nancy, ndlr) dans la première partie de la crise" ajoute la structure. 

A noter que l'hôpital de Remiremont a aussi, de son côté, mis en place un secteur pour accueillir des patients atteints du Covid-19, afin de soulager le Centre Hospitalier Emile Durkheim.

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2020, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: