Desserte TGV : ce que la SNCF prévoit pour Nancy et les Vosges

Depuis l'annonce de l'arrêt à venir de la desserte de Nancy par les TGV OuiGo, les collectivités locales ont mis la pression.
MLR - Une ancienne rame TGV, archives

Une mobilisation qui semble avoir payé. En Lorraine, les collectivités locales se sont mobilisés pendant plusieurs semaines face à la décision de la SNCF. Les villes de Nancy ou encore d'Epinal, mais également les conseils départementaux de la Meurthe-et-Moselle et des Vosges avaient dénoncé cette décision. L'entreprise avait dit vouloir stopper dès la mi-décembre les liaisons vers Paris avec ses trains à petit prix OuiGo.

Pourquoi, alors que les trains OuiGo étaient réputés plus remplis que les rames InOui ?

Parce que selon l'entreprise, l'essentiel des passagers effectuaient en fait des trajets professionnels, et que cette clientèle n'est pas la cible première des OuiGo mais plutôt des trains InOui.

Sauf que les tarifs pour accéder aux rames InOui ne sont pas les mêmes. 

Le maire de Nancy, Mathieu Klein s'est félicité mercredi soir de l'annonce par l'entreprise d'une desserte de la ville qui sera améliorée, mais surtout le maintien d'une partie des billets InOui à moins de 25 euros afin de continuer à permettre à tout  un chacun de voyager, notamment les étudiants.  

Le président de la région Grand Est, Jean Rottner, de son côté, a détaillé dans un communiqué l'évolution de l'offre à venir : 

  • Dès janvier 2022, l’offre de transport se rehaussera à 90 % de la situation avant la crise.
  • 9 allers-retours seront proposés sur la ligne Nancy-Paris, au lieu de 7,5 à ce jour.
  • La desserte TGV au service annuel 2022 sera renforcée par rapport à la situation actuelle, avec notamment : + 1 aller-retour quotidien sur l’axe Strasbourg-Paris, + 2 allers-retours sur l’axe Nancy/Vosges-Paris, et + 2,5 allers-retours sur l’axe Paris-Metz/Luxembourg.

"Un objectif de maîtrise des coûts en faveur de nos concitoyens est également recherché : depuis juin, l’accès à une nouvelle gamme tarifaire plus avantageuse, y compris pour les départs à la dernière minute, est proposée. SNCF a mis en place une carte annuelle « Avantage » à 49€, permettant de voyager à prix plafonnés :  39€, 59€ et 79€ en fonction du temps de parcours" assure le président de la région.

Enfin, en complément de l’offre TGV, une réouverture vers le Sud sur la ligne Nancy-Lyon pourrait être envisagée à court terme. Plusieurs projets sont en cours d’étude.

 

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2021, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: