Epinal : le Nouvel Hôpital accueille ses premiers patients

Une semaine après le début du déménagement dans les nouveaux locaux, les premiers patients du Nouvel Hôpital ont été accueillis ce mardi matin.
KK / MLR - Des soignants accueillant les patients sur des lits médicalisés au NHE

Des patients arrivant sur des lits médicalisés, qui croisent des déménageurs. 

Le grand chambardement se poursuit au Nouvel Hôpital d'Epinal. Une semaine après le début du déménagement, les premiers patients ont été accueillis peu après 8 heures ce mardi matin. 


(Le service se prépare pour l'arrivée des malades - KK / MLR)

Pour eux, direction le 4ème étage, puisque c'est le service des maladies infectieuses qui ouvre le bal, et tout va très vite, d'ici la mi-journée, une vingtaine de patients covid seront ainsi transféré de l'ancien bâtiment au nouveau.

C'est Claude, âgé de 85 ans, hospitalisé depuis deux semaines qui a symboliquement été le premier à être admis dans les nouveaux locaux. Avec désormais pour les patients, le droit à une chambre individuelle et non plus partagée. 


(Claude, arrivant au service des maladies infectieuses du NHE ce mardi - KK/MLR)

"Je peux dire que je remercie tout le personnel de sa gentillesse, de son dévouement et de son attention vis à vis des malades" a dit l'octogénaire, un peu essoufflé.  "Je représente tous ceux qui vont arriver derrière moi, c'est tout, il faut un premier il faut un dernier" glisse cet habitant de Deyvillers qui confie n'avoir pas spécialement de craintes pour la suite "vous savez, à mon âge, avoir des craintes...".

"On a un très bel outil de travail pour l'ensemble des situations médicales à traiter" dit Cécile Aubrège-Guyot, la déléguée territoriale de l'ARS pour les Vosges. "C'est une très bonne chose, cet hôpital était attendu depuis de très nombreuses années, on a dû décaler de quelques mois le déménagement et aujourd'hui c'est possible alors tant mieux", ajoute-t-elle, vantant un outil bien plus confortable tant pour les patients que pour les soignants, "c'est sûr que ces outils sont plus adaptés aux nouvelles conditions de travail. Les patients sont accueillis en chambre simple et ça c'est quelque chose d'essentiel".



Pour le personnel de l'établissement, le moment reste symbolique, même s'il n'est pas question de souffler "c'est un moment que l'on attendait tous" explique le docteur Jean-Marc Lalot, le président de la commission médicale d'établissement. "Un premier patient, un premier patient covid, on est dans une totale symbolique, et là on est partis pour trois semaines puisque demain ce sont les urgences et la réanimation, aujourd'hui la médecine, et puis on va continuer jusqu'à la première semaine d'avril". 



Pourquoi commencer par un patient atteint du covid, comment a été décidé l'ordre de transfert des services ? 

"Si vous voulez, la difficulté dans la stratégie, c'est que l'on va avoir une période où l'on sera dans un entre-deux, c'est à dire que l'on aura et des patients hospitalisés des deux côtés, donc il a fallu établir un plan pour avoir un transfert cohérent. Là, vous voyez, on a un service de médecine ici et on a encore un service de médecine qui reste dans l'autre bâtiment de manière à pouvoir, on va dire, rendre service aux patients des deux côtés" détaille le docteur Lalot.

Pour autant, l'accueil aux urgences lui ne se fera que sur un site unique à partie de mercredi matin, mais de nombreux services vont rester en doublon quelques jours le temps que tout soit parfaitement opérationnel, de la réanimation de l'anesthésie notamment. 

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2021, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: