Epinal : une sage-femme sans remplaçante pour son congé maternité

La profession était en grève ce jeudi pour défendre le métier qui n'attire plus. Exemple à Epinal avec Anaïs Gérard, sage-femme libérale.

Pour la cinquième fois depuis le début de l’année, les sages-femmes ont fait grève ce jeudi, un mouvement national. Elles réclament plus de reconnaissance, pour rendre le métier plus attractif.

Il y a actuellement un manque d’effectifs et ce sont des vocations qui se perdent. Illustration avec le témoignage d'Anaïs Gérard, sage-femme libérale à Epinal. Elle est actuellement enceinte et ne trouve pas de remplaçante pour son congé maternité.

"Je devrais être en congé maternité, mais à défaut d'avoir trouvé une remplaçante, je m'arrêterai seulement quinze jours avant la date de accouchement. J'ai commencé à chercher à trois/quatre mois de grossesse, en postant des annonces sur l'ordre des sages-femmes et sur les réseaux sociaux."

"Il y a quelques années, c'était très facile de trouver une remplaçante, j
e ne pensais vraiment pas que je me retrouverais sans rien."

"C'est un métier qui n'attire plus, et il y a un manque d'informations. Beaucoup de patientes ignorent que l'on fait des consultations gynécologiques, je propose des poses de stérilet et elles sont étonnées."

"J'ai la chance de collaborer avec des gynécologiques pour le suivi pathologique à Epinal avec qui cela se passe très bien. Il y a une bonne entente."

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2021, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: