Grégoire, ils avaient un mois pour redresser la barre...

{igallery id="1500" cid="250" pid="1" type="classic" children="1" showmenu="1" tags="" limit="0"}Un mois n'aura pas suffi aux Papeteries Grégoire pour trouver un repreneur. Le site de Saint-Nabord avait jusqu'à vendredi dernier pour prospecter, mais personne ne s'est positionné. 

Ce mardi matin, le Tribunal de commerce d'Epinal pourrait bien annoncer la liquidation avec cessation immédiate de l'activité. Les Grégoire avaient déposé le bilan fin avril avant d'être placés sous observation.

On rejoue toujours la même partition : le carnet de commande est plein, mais il n'y a pas d'argent pour acheter la matière première. Les machines sont à l'arrêt depuis près de deux mois.

Le dernier repreneur en date, l'Alsacien Turckheim, n'a pas injecté les deux millions d'euros de fond de roulement promis lors de l'acquisition. La quasi totalité des 84 salariés ne fait donc plus confiance au patron.


Dans les faits
:
20 février 2009. La papeterie Grégoire, propriété du Hollandais, Robertus Janssen est placée en redressement judiciaire et administrée par Yves Jérôme Krebs. Elle est liquidée le 19 août 2 010 avec poursuite d'activité.

27 septembre 2010. Le tribunal de commerce d'Epinal se réunit pour étudier l'unique offre de reprise déposée par la société allemande Hendriksen. A l'audience, Pierre Gavelle et Robert Roche se présentent en prétendant avoir eux aussi déposé une offre, mais ni le tribunal, ni l'administrateur n'en ont vu la couleur. Le tribunal décide néanmoins de reporter sa décision au 22 octobre.

11 octobre. Robert Roche fait une proposition de rachat, suivie le 13, d'une nouvelle proposition de reprise des actifs à un euro, avant d'étayer sa proposition, la veille de la décision du tribunal de commerce.

22 octobre. Robert Roche, Pierre Gavelle et les partenaires sociaux rencontrent Christian Poncelet au Conseil général, le matin. L'après- midi, le tribunal de commerce d'Epinal valide le projet de reprise de la société Motion Immobilien Verwaltung représentée par Robert Roche. L'entreprise est cédée pour 50 000 euros.

25 octobre. Pierre Gavelle crée la Société Nouvelle Grégoire qui chapeaute la papeterie et dont il est l'actionnaire unique.

En novembre, premières difficultés : les salaires seront versés le 14, mais surtout, l'actionnaire allemand qui devait apporter un million d'euros, jette l'éponge.

Depuis Noël 2010, l'usine est arrêtée par intermittence, faute d'approvisionnement en matières premières.

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2020, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: