Nancy : la lutte contre la corruption, ça passe aussi par les citoyens !

 L'association Anticor organise une réunion-débat ce soir à Tomblaine à 19H30 à l'espace Jean Jaurès. 

Anticor 54

Vous aussi vous devez vous impliquer dans la lutte contre la corruption.

C'est le message que veut faire passer Anticor, qui tient une réunion ce soir à Tomblaine, en présence notamment des groupes locaux alsaciens et vosgiens.

A quelques mois des municipales, alors que de nombreuses affaires sortent dans les différents journaux, l'association de lutte contre la corruption a besoin de vous.

"On a vraiment besoin d'un débat avec les citoyens pour amener les citoyens à nous aider" dit Marcel Claude, le référent d'Anticor pour la Meurthe-et-Moselle.

L'union fait la force, le message livré en substance "plus on sera nombreux, plus la sonette d'alarme que l'on tire sera entendue par le pouvoir" explique-t-il, dans une allusion au mouvement des agriculteurs mardi.

L'une des grandes actions que compte développer Anticor à l'échelle locale prochainement, c'est de mener des actions de sensibilisation dans les lycées. Pourquoi ? "Les jeunes c'est notre avenir et c'est par les jeunes que l'on doit démarrer" dit M. Claude.

"Ces jeunes qui plus tard seront peut-être des nouveaux élus doivent être vraiment dans une ligne de probité et de ne pas toujours être à la limite du conflit d'intérêt ou de la corruption, ça il faut que ça s'arrête" poursuit-il.

Ces actions devraient être menées sur des demies-journées au cours de l'année scolaire. Reste encore à les planifiers en lien avec les chefs d'établissements et le Rectorat.

"J'ai noté le mois passé, il y a eu au moins 25 élus sur la France entière qui se sont retrouvés devant le tribunal, c'est énorme, et là ce mois-ci on en est à une dizaine" assure le référent d'Anticor, qui prédit que d'ici la fin de l'année que près d'un millier de personnes poursuivies "c'est pas normal!" souffle-t-il.

Loin du "tous pourris" toutefois, Marcel Claude dit tout de même remarquer des disparités dans les révélations d'affaires suspectes. "Les problèmes on les a quand même beaucoup plus dans les grandes villes, pourquoi, parce que c'est politisé, on sait pertinemment que c'est la politique qui est derrière" explique M. Claude, qui annonce avoir fait douze signalements auprès du procureur de la république, pour des dossiers ne concernant que des villes "importantes" de Meurthe-et-Moselle "c'est qu'il y a vraiment un probleme" lâche-t-il.

L'association tient une réunion publique, vous pouvez la retrouver ce jeudi soir à Tomblaine à 19H30 à l'Espace Jean Jaurès.

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2019, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: