Sécheresse : Meurthe-et-Moselle et Vosges en alerte renforcée

Après les Vosges, c'est la Meurthe-et-Moselle qui passe en alerte renforcée à la sécheresse annonce la préfecture. 
Google Streets View La préfecture à Nancy, capture d'écran
Alerte renforcée pour la sécheresse pour la « Moselle aval Orne Nied et Seille », la « Moselle amont et Meurthe » et la « Meuse aval et Chiers ». 

Pour rappel, la préfecture des Vosges a indiqué en début de semaine que les nouvelles restrictions concernaient les bassins versants de la Meuse, de la Moselle et de la Saône.

Dans les Vosges, la situation inquiète fortement, avec que moins d'un quart des cours d'eau ont un niveau de surface acceptable, et que près de la moitié présentent des assecs sur certains secteurs

La préfecture de Meurthe-et-Moselle a renforcé ses arrêtés afin de restreindre un peu plus les usages de l'eau. Une eau qu'il faut économiser un maximum car les pluies sont quasiment aux abonnées absentes sur la région depuis plusieurs semaines. 

A l'issue d'un comité départemental sécheresse, il a donc été décidé d'interdire certaines activités, pour les collectivités, les entreprises et évidemment les particuliers. 

- L'arrosage des jardins, des pelouses, des massifs floraux, des potagers, des espaces verts et des espaces sportifs est interdit de 9h à 20h;

- Le lavage des véhicules à domicile est interdit, il est obligatoire d’aller en station professionnelle;

- Le remplissage (même partiel) et la vidange en milieu naturel des piscines privées est interdit, la vidange des plans d’eau est interdite;

- Le lavage des voiries et des trottoirs est limité au strict nécessaire;

- Le contrôle des bornes incendie est interdit;

- Tout prélèvement dans un cours d’eau à des fins non autorisées est interdit;

- Tout prélèvement par le biais de forage doit être reporté à la fin de la période de sécheresse;

- L’abreuvage du bétail par prélèvement dans un cours d’eau est interdit sans autorisation du service environnement de la DDT.

"Les services de l’État et les maires sont chargés de veiller au respect de ces règles. La préfecture compte sur le civisme de nos concitoyens pour respecter ces mesures. Les contrevenants aux dispositions de l’arrêté préfectoral s’exposent à une peine d’amende allant jusqu’à 1 500€ voire 3 000€ en cas de récidive" indique la préfecture.


Vous pouvez suivre les bulletins hebdomadaire d'etiage sur ce site.
Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2019, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: