Vosges : avec de meilleurs salaires, les associations d'aide à domicile espèrent attirer de nouveaux employés

 Depuis le 1er octobre, les salaires des aides à domicile employées par des associations sont revus à la hausse de 15%. 

KK / MLR Les responsables de l'ADMR des Vosges et de l'ADAVIE 88 en janvier 2021 lors d'une conférence de presse, archives

Des salaires qui augmentent de 15%. Par les temps qui courent, ce n'est pas banal, et c'est pourtant la hausse qui s'applique depuis le 1er octobre pour les personnes qui travaillent comme aides à domicile pour des associations comme l'ADMR ou l'Adavie, en réalisant des prestations auprès des personnes âgées.

Et si dans certains secteurs d'activités, les patrons sont encore frileux à l'idée d'augmenter les salaires pour attirer de nouveaux employés, cela fait une dizaine d'années que les associations, (qui emploient plus de 80 000 personnes en France) réclament de pouvoir mieux payer leurs salariés.

Dans les Vosges, l'Adavie 88 et l'ADMR avaient participé en début d'année, à un coup de pression national pour tenter de faire bouger les lignes. 

Car tout n'est pas aussi facile, les associations sont liées à plusieurs parties, et notamment aux Conseils Départementaux qui financent une partie des prestations réalisées afin de conserver un coût raisonnable pour les personnes âgées souhaitant rester le plus longtemps possible chez elles. 

Et cette hausse des salaires passait notamment par la signature d'un avenant à la convention collective, avenant qui a été signé il y a quelques mois par le Gouvernement, et donc entré en vigueur au 1er octobre. 

Concrètement, cette hausse permet d'augmenter les salaires de 150 à 300 euros selon les cas. Pas si mal, mais reste donc encore à voir si cela sera suffisant pour attirer de nouveaux candidats, qui ne se bousculent pas franchement pour des jobs à la réputation précaire, souvent à temps partiels et occupés dans l'immense majorité par des femmes. 

"Enfin ! Ca fait quand même, on va dire une dizaine d'années qu'on attend ça" confirme Nicolas Gégout, responsable du développement et de l'innovation au sein de l'association Adavie dans les Vosges.

"C'est une vraie avancée et nos métiers en ont vraiment besoin parce qu'on manque d'attractivité et la population étant quand même vieillissante, on a de plus en plus besoin de personnel" un personnel extrêmement compliqué à trouver donc. 


"C'est effectivement une de nos préoccupations parce qu'effectivement, c'est un métier qui a des contraintes en termes de déplacement puisque l'on travaille sur l'ensemble du département des Vosges, pas que dans les agglomérationsm ais aussi en zone rurale. Mais c'est un métier pour ceux et celles qui le pratiquent valorisant et avec une grande utilité sociale".


Une hausse de salaire qui ne concerne que le milieu associatif, ce qui n'est pas sans soulever des craintes chez les acteurs du secteur, mais privés. Cela risquerait de créer un système à deux vitesses selon la FEDESAP, mais surtout le risque c'est de voir les employés déserter, pour filer dans l'associatif qui, désormais, rémunère nettement mieux. 

 

 

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2021, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: