Vosges : erreur dans les comptes chez Faurecia, les salariés priés de rendre une partie de leur prime

Le sous-traitant automobile se serait trompé en faisant son bilan comptable pour l'année 2019 et demande aux employés de rendre une grande partie d'une prime sur les bénéfices.
Google streets view Le site michellois de Faurecia, capture d'écran

La colère monte chez Faurecia (Faurecia Intérieur Industrie). 

Les représentants des salariés du groupe ont été conviés ce jeudi à un CSE de Groupe en région parisienne. Réunion au cours de laquelle ils ont reçu une demande de la part de la direction, rendre une grande partie d'une prime déjà versée à près de la moitié des salariés, au titre d'une participation aux bénéfices du sous-traitant automobile. 

Une prime d'un montant allant de 2000 à 3000 euros pour des employés non-cadres. Le problème ? C'est qu'il y aurait eu une erreur à peine croyable dans le bilan comptable de l'année 2019, déposé en juin dernier. 

Les comptes étaient faux, selon un communiqué du syndicat Force Ouvrière, qui explique que les comptes ont été surévalués. On parle ici d'une somme de 16 millions d'euros pour le résultat net après impôts.

Personne, pas même la direction n'explique comment la bévue a été commise.

Et forcément, de quoi pénaliser le montant des primes versées, sauf que près de la moitié des employés ont déjà reçu le versement de cette dernière, dès le mois de mai. Et la direction imposerait aux employés non-cadres de rendre jusqu'à 1500 euros. Pour les cadres, la prime n'ayant pas encore été versée, elle sera simplement amputée de moitié, explique le syndicat. 

Mais forcément, une telle erreur agace et inquiète, surtout dans les Vosges, à Saint-Michel-sur-Meurthe, Faurecia emploie plus de 340 salariés. Et alors que des rumeurs persistent, sur fond de fusion entre le groupe PSA (actionnaire majoritaire de Faurecia) et le groupe FIAT, un mariage qui verrait au passage le groupe Peugeot vendre ses parts de l'équipementier automobile.

"Bien sûr que ça inquiète parce qu'il y a un défaut de rigueur" lance Franck Pattin, représentant FO sur le site déodatien de Faurecia. "Aujourd'hui, comment valoriser dans un pseudo mariage ou dans une cession d'une entreprise, cette société-là, si on avait pas une comptabilité précise, et une évaluation précise de ce que fait comme résultats cette société" poursuit-il. 



Un CSE local se tient ce vendredi en fin de matinée à l'usine michelloise, pour évoquer cette question du remboursement de la prime versée aux ouvriers. "J'imagine qu'on pourra discuter d'un étalement du remboursement, mais nous, on part du principe que nous n'avons pas commis d'erreur, on nous a annoncé une prime, il n'est pas question qu'on redonne le moindre kopeck" avertit le syndicaliste.

Un remboursement qui passe d'autant plus mal que le PDG du groupe lui, a obtenu du conseil d'administration une hausse de 16% de son salaire pour l'année prochaine, portant le total à un million d'euros annuel, alors que les augmentations des salaires elles, se sont cantonnées à des hausses de moins de 2% selon Franck Pattin.

"D'un côté, on va demander aux petits de rembourser une prime et de l'autre côté, on va largement s'augmenter, c'est d'autant plus inacceptable qu'il est en partie responsable puisqu'il est le patron de la gestion de son entreprise" dit le représentant de salariés, qui toutefois ne désespère pas d'obtenir de la direction, un autre mécanisme, comme un supplément de participation. Ce qui permettrait aux salariés de ne pas avoir à rendre l'argent, pour compenser les pertes de revenus liées aux périodes, toujours intermittentes, de chômage partiel sur certains postes.

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2020, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: