Vosges et Haute-Marne, 2011 pire que 2003 et 1976 ?

{igallery id="1066" cid="349" pid="1" type="classic" children="1" showmenu="1" tags="" limit="0"}La sécheresse continue de gagner du terrain en France. 54 départements appliquent des mesures de limitation d'usage de l'eau, dont la Haute-Marne, la Meuse et la Haute-Saône.

Cet après-midi, le ministre de l'agriculture, Bruno Le Maire a reçu "tous les préfets de Région pour regarder au cas par cas, région par région, département par département, où sont les besoins, quels sont les risques les plus importants" du fait de la sécheresse.

C'est Claude Morel, préfet de la Haute-Marne, qui représente la Champagne-Ardenne.

Mardi, le Ministre continuera ses consultations en accueillant les représentants des banques, des assurances et des mutuelles. Il a notamment émis le souhaite que les banques "puissent prendre des engagements financiers". Enfin, ce sera le tour des producteurs, industriels et distributeurs.

La priorité du gouvernement reste l'approvisionnement en paille pour les éleveurs, dont certains commencent déjà à faire abattre leurs bêtes avant l'heure. Dans les Vosges, la production fourragère a chuté de 50% suivant les secteurs. En face, les éleveurs se sont regroupés. Ils sont prêts à acheter quelques 7000 tonnes de paille, mais aucun vendeur n'a répondu pour le moment.

Mais, les agriculteurs de l'Oise pourraient venir en aide aux éleveurs Vosgiens. Ils comptent économiser la paille pour expédier cinq à dix mille tonnes dans trois départements, dont les Vosges.

Une vente solidaire qui doit être officialisée dans les prochains jours.

La paille serait vendue au prix réel, c'est à dire 20 à 25 euros la tonne.

Le prix actuel sur le marché est de 50 euros.

Un geste qui risque malgré tout d'être insuffisant pour les éleveurs de la région.

Dans les Vosges, la production fourragère a chuté de 50% suivant les secteurs.

 

A titre de comparaison, un été normal représente 2500 tonnes de paille achetées dans d'autres départements. En 2003, la première commande en juillet (environ 5000 tonnes) et au final pour l'été, 12 000 tonnes.


Le Ministre de l'agriculture précise : "il faut que les céréaliers fournissent de la paille aux éleveurs pour nourrir leurs bêtes, c'est la priorité car certains éleveurs sont obligés d'en tuer". Dans les Vosges, selon les décomptes de la FDSEA (1er syndicat agricole), le nombre d'animaux envoyés à l'abattoir a doublé par rapport à la même période l'an dernier. A ce sujet, Bruno Le Maire demande une "garantie du prix" ne souhaitant pas "voir de spéculation sur la paille, ce n'est pas 30 euros, 40 euros ou 60 euros la tonne mais 25 euros la tonne".


Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2020, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: