Vosges : fermée il y a 20 ans, la station de ski du Haut-du-Tôt va revivre

Une association veut faire revivre la station de ski du Haut-du-Tôt, fermée il y a une vingtaine d'années. Un parcours semé d'embuches.

Image d'archives

 

Il y a deux ans, une bande de copains avait réussi à attirer les projecteurs sur un projet un peu fou. Faire revivre la station de ski vosgienne du Haut-du-Tôt, fermée il y a une vingtaine d'années.

L'association avait dans l'espoir de pouvoir racheter un téléski et de le réimplanter dans les Vosges et avait déjà prévu le tracé de sa future piste. Un appel aux dons avait même été lancé à l'époque, qui n'a pas vraiment fonctionné. Un financement participatif qui devait se monter à près de 200 000 euros.

Deux ans plus tard, le projet est à l'arrêt. Tout du moins, il est en sommeil, pour des tracasseries administratives.

"On a quelques petits soucis avec l'administration de l'ONF (Office National des Forêts ndlr)" dit Jean-Yves Damien, le président de l'association du téléski du Haut-du-Tôt.

"Il faut se rappeler que le projet de cette piste de ski a deux tiers de piste qui est gérée par l'ONF de Vagney et un tiers de la piste du bas est géré par l'ONF de Gérardmer. On a eu les accords pour pour les deux tiers de la piste du haut et là pour l'instant, il y a un petit blocage pour le tiers de la piste du bas, parce qu'elle juxtapose en fait, l'extrémité d'une zone Natura 2000" explique Jean-Yves Damien.

Toutefois, le président de l'association l'assure, le projet n'est pas mort et enterré. "C'est pas tout à fait abandonné, c'est toujours en cours. Bon on nous demande une fois de faire une étude d'impact, après on nous demande plus, voilà, on va dire que c'est en stand-by pour l'instant".

L'étude d'impact en question n'a en effet jamais été lancée. "L'étude d'impact ça coûte pratiquement 10 000 euros. Donc on voudrait des assurances que si on si on réalise l'étude d'impact, on sera assuré de pouvoir réaliser notre projet derrière" dit le président de l'association.

Un plan B existe, on le disait. Il consiste à installer un petit fil-neige, une remontée mécanique plus modeste qu'un téleski.

"Le Plan B, il est tout à fait d'actualité puisqu'on a racheté récemment le fil-neige de l'hôtel Le Vétiné au Valtin, qu'on a été démonter il y a trois semaines ou un mois, et nous sommes en démarches administratives pour le réimplanter donc au Haut-du-Tôt".

L'installation doit se faire au Lieu-dit "Le Poteau" et permettra de créer un petit espace parfait pour une sortie en famille. Avec donc une petite piste de ski, des pistes de ski de fond et également un espace pour pratiquer la luge ou encore l'organisation de nocturnes. Un mariage global formidable pour le Haut du Tôt s'enthousiasme d'ailleurs Mr Damien.

L'ouverture de ce fil-neige est prévue pour les vacances scolaires du mois de février. "C'est beaucoup moins compliqué administrativement de rouvrir un fil-neige qu'un téleski. Dans un cas ou avez un projet à 200 000 euros, et dans l'autre cas vous avez un projet à 35 000 euros et la lourdeur administrative est exponentielle" lâche le président de l'association en riant.

Mais 35 000 euros, cela reste une somme importante à présenter, le financement du projet est loin d'être bouclé, même si plusieurs communes sont prêtes à le soutenir. L'appel aux dons lancé il y a deux ans pour le projet de téleski est donc toujours valable, pour lui permettre d'éclore. Vous pouvez pour ce faire par exemple, prendre contact avec la mairie de la commune de Sapois.

Et si plusieurs mairies se montrent si intéressées par ce projet, c'est aussi parce que cette activité va aussi pouvoir toucher les enfants scolarisés du secteur. "En temps de trajet, ça va faire beaucoup moins de kilomètres que d'aller dans les grandes stations. Ce sera ouvert à tout le monde mais c'est vrai que l'on vise dans un premier temps les scolaires pour aider nos gamins à faire du ski, à apprendre le ski sans perdre une heure dans les transports." assure Mr Damien.

Le projet se veut également innovant et écologique. En effet, le fil-neige sera équipé de panneaux photovoltaïques, avec l'espoir de produire l'électricité qui sera consommé par l'appareillage.

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2019, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: