Haute-Marne : des supermarchés dans le collimateur des producteurs de lait

Plusieurs dizaines d'agriculteurs se sont rendus ce lundi dans différents supermachés de Chaumont pour contrôler les étiquettes.
FDPL 52 - twitter Des packs de lait stickés par des producteurs laitiers, capture d'écran

Ils ne jouent pas le jeu. En Haute-Marne, plusieurs dizaines de producteurs de lait ont tenu à se faire entendre ce lundi.

Depuis plusieurs jours, le monde agricole multiplie les manifestations, contre les prix jugés trop bas, proposés par la grande distribution alors que le monde paysan suffoque, face à la flambée des prix de l'énergie et des intrants. 

À Chaumont donc, une trentaine d'éleveurs s'est rendue dans deux supermarchés, afin de vérifier les étiquettes des briques et bouteilles de lait mises à la vente. 

Résultats, dans ces deux grandes enseignes, plusieurs marques ne respectent toujours pas la loi EGALIM, qui doit permettre d'assurer à un éleveur une couverture de ses charges et de pouvoir vivre de son métier. 


"On commence à peiner, toutes nos charges augmentent depuis la fin d'année 2021 et continuent à augmenter" dénonce Florent Cressot, le président de la Fédération Départementale de Producteurs Laitiers de Haute-Marne. 

"Aujourd'hui, on arrive aux limites du prix di lait trop bas". 

"Aujourd'hui on s'est aperçus que la grande distribution, comme à son habitude, a plusieurs prix du lait. Et aujourd'hui nous, notre repère c'est 0,77 centimes d'euros du litre de lait, ce qui équivaut à une rémunération d'un éleveur laitier au niveau du SMIC une fois qu'il a couvert ses charges" explique l'agriculteur.

"On s'est aperçus qu'encore beaucoup son en-dessous, on a trouvé du lait à 0,63€, à 0,75€" selon M. Cressot, qui n'entend pas laisser passer ce type de comportement qui met en péril les exploitations. 

 "On l'a signalé, on a pris des photos, on va dénoncer ça aux services qui vont s'occuper de la répression des fraudes pour sanctionner les grandes et moyennes surfaces qui ne respectent pas la loi". 

Alors que se profile le Salon International de l'Agriculture à Paris dans quelques jours, à la veille d'une élection présidentielle qui plus est. Les éleveurs attendent les candidats de pied ferme pour leur exposer leurs problématiques et écouter leurs éventuelles propositions, des candidats et candidates qui ne manqueront pas d'arpenter les allées.

 

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2022, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: