Nancy: Deux nouvelles victimes présumées de piqûres sauvages

Mardi 22 juin un homme a été interpellé et placé en garde à vue alors qu’il détenait des seringues

KK //Cité Judiciaire de Nancy

Selon le communiqué du procureur de la République:
Une troisième victime s'est manifestée et a indiqué qu’elle se trouvait vers 23h30 au début de la rue Stan lorsqu’une personne lui avait foncé dessus, la bousculant, et lui claquant très fort le bras au passage. Quelques minutes plus tard, elle ressentait des picotements là où elle avait été touché.

Elle a donné une description de l’individu qui pouvait correspondre au mis en cause. Elle n’était pas formelle à 100% mais émettait des doutes sur l’individu gardé-à-vue.

Une quatrième personne a déclaré avoir été victime d’un piqueur mais ce fait ne peut pas pour le moment être formellement imputé au gardé à vue.. Les investigations sur ce point se poursuivent.

 

Entendu, le mis en cause niait les faits reprochés. Il expliquait toutefois qu’étant fortement alcoolisé, il n’avait guère de souvenir de la soirée, qu’il ne se voyait pas commettre de tels actes, mais qu’il aurait honte de lui s’il les avait commis. Il a indiqué avoir des seringues sur lui afin de pouvoir consommer de la cocaïne, seringues qu’il avait achetées il y a quelques temps dans un distributeur.

L’analyse des vidéo-surveillance ne s’avérant pas possible dans le temps de la garde-à-vue, compte tenu du large créneau horaire (1h), du nombre de caméras, et de la présence d’une forte foule compliquant la recherche sur les images.

Dans ces conditions, le gardé à vue sera présenté au parquet en vue de l’ouverture d’une information judiciaire afin d’approfondir les investigations et dans l’attente des résultats des analyses toxicologiques. Pour le moment rien ne nous permet d’affirmer qu’un produit a été injecté.

 

Pour rappel:

Le 22 juin, peu après minuit, lors de la Fête de la Musique à Nancy. Un individu s'est présenté à une patrouille de police en mission de sécurisation. Il indique avoir été piqué par un homme au niveau du trapèze droit l’ayant abordé peu auparavant.
En donnant une description de cet individu et précisant l’avoir filmé.


Au regard de la description fournie, et après patrouille dans le secteur, les policiers ont appréhendé l'agresseur et l'ont placé en garde-à-vue. Les policiers ont retrouvé deux seringues dans le sac à dos de l’intéressé.

Dans le même temps, une seconde victime s'est présentée à une autre patrouille en sécurisation. Elle se trouvait sous les arches de la Porte Héré, vers 23h30-23h40, lorsqu’un individu a attiré son attention.  L’individu la saisit au niveau du poignet droit ; en le repoussant, elle a senti une piqûre au niveau du bras. Son bras était ensuite quelque peu engourdi. Elle donna une description de son agresseur identique à celle de la première victime.

Elle se présenta aux urgences dans la soirée. Elle présenta un certificat médical faisant état d’une trace de piqûre.

Le procureur de la République de Nancy a sollicité une analyse toxicologique urgente des échantillons de sang prélevés sur les deux victimes. Les résultats seront connus sous 48 heures. Pour le moment, rien ne permet de dire qu’un produit a été injecté.

À ce stade, la personne placée en garde-à-vue n’a pas encore été entendue sur les faits et une prolongation de la garde à vue est maintenue.

L'agresseur est né en 1987 et il est connu de la Justice pour deux affaires :

- Conduite sous l’emprise de stupéfiants et conduite sans permis de conduire
- Menace de crime ou délit contre une personne chargée d’une mission de service public

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2022, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: