Vosges : un chasseur de 22 ans tué par un tir

Ce dimanche, une partie de chasse au corbeau a viré au drame près de Vittel.
Peu avant 9h ce dimanche matin dans l'ouest vosgien près de Vittel, à La Neuveville-sous-Montfort, un chasseur de 22 ans a été tué par le tir d'un autre chasseur lors d'une partie de chasse au corbeau, dans le cadre d'opérations de régulation. Le jeune homme est mort sur le coup.

Cette partie se déroulait en présence de quatre personnes.

Le tireur présumé ayant fait feu a été placé en garde à vue pour homicide involontaire. L'enquête a été confiée à la brigade de Neufchâteau, l'office français de la biodiversité a été également co-saisi.

Dans un communiqué, la fédération de chasse des Vosges réagit :

"Au nom de tous les chasseurs des Vosges, leur Président, Frédéric Tissier tient à exprimer la consternation et la peine des 7 000 chasseurs du département devant l'accident qui a coûté la vie à un des leurs. «Mes premières pensées vont en premier lieu à la famille de la victime à laquelle nous présentons nos sincères condoléances. C'est un immense drame que rien ne pourra réparer ». L’administrateur du secteur de la fédération s’est immédiatement rendu sur place. Bien entendu, l'enquête menée par la gendarmerie déterminera les circonstances exactes de cet accident et nous y serons particulièrement attentifs.

Nous pouvons seulement à l’heure actuelle, préciser que ce drame n’est pas intervenu dans le cadre d’une action de chasse mais dans celui d’une destruction de corvidés (corbeaux freux et corneilles noires) prévu par l’arrêté Ministériel (du 3 juillet 2019 pris pour l'application de l'article R. 427-6 du code de l'environnement et fixant la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces susceptibles d'occasionner des dégâts). Ces actions de destructions se pratiquent généralement dans des affûts matérialisés de la main de l’homme, souvent formés à partir de piquets et de filets de camouflages.

Les tireurs sont statiques, dissimulés dans l’affût camouflé et attendent que les oiseaux approchent attirés par des leurres et/ou appeaux. Les tirs sont effectués avec des fusils chargés de grenailles de plomb ou d’acier. Le moment n'est pas venu d'aller au-delà dans les commentaires, mais ce drame nous conforte dans la nécessité d'aller encore plus loin dans nos efforts en matière de sécurité et la formation continue des chasseurs.La sensibilisation à la sécurité dans les Vosges c’est:
-Plusieurs centaines de chasseurs formés à la sécurité par an via l’examen du permis de chasser,
-Des responsables de battues formés spécifiquement,
-Trois formations sur la sécurité par an,gratuites et ouvertes à tous les chasseurs vosgiens,
-Une remise à niveau sur les règles de sécurité,obligatoire tous les 10 ans. Notre volonté de communiquer sur la sécurité à la chasse est permanente et la fédération départementale des chasseurs des Vosges fera tout ce qui est en son pouvoir pour que de tels drames ne puissent plus se reproduire en poursuivant et redoublant ses efforts pour encore mieux former et sensibiliser des chasseurs à pratiquer la chasse ou les actions de destruction en toute sécurité. Aucune activité humaine ne peut se prévaloir du risque zéro, mais le monde de la chasse, plus qu'aucun autre, se doit de tendre vers cet objectif."

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2021, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: