Manuel Valls et Vincent Peillon en soutien à Jack Lang

Arrivé en tête au soir du 1er tour des législatives dans la circonscription de Saint-Dié-des-Vosges, Jack Lang dispose d'une courte avance sur l'UMP sortant, Gérard Cherpion.
Pour l'emporter face à l'UMP, la gauche le sait, quelque soit la circonscription des Vosges, ce seront les voix des électeurs du FN qui feront la différence.Dans la seconde circonscription des Vosges, le Front National est non loin derrière les deux qualifiés, avec 17% des suffrages. Une réserve de voix considérable pour le candidat UMP, outsider de Jack Lang, à seulement deux points de moins.

C'est d'ailleurs la raison première du déplacement du "1er flic de France" à Saint-Dié-des-Vosges. Pas question d'aller chasser sur les terres du FN, mais l'objectif est de rassurer.
Outre l'appel à donner une majorité au Président de la République, donner de la voix aux Vosges avec l'élection de l'ancien ministre de la Culture, bien vite, Manuel Valls s'est attaché à démontrer la "poigne" de la gauche en matière de sécurité.

"Protection de l'Etat pour les demandeurs, ramener la justice, redonner confiance aux forces de l'ordre", sur ces sujets, Manuel Valls s'est dit "intransigeant". Le ministre de l'Intérieur compte bien revenir sur la RGPP, réforme générale des politiques publiques, qui prévoit le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux. Dans la police et la gendarmerie, "il faut arrêter cela" a-t-il déclaré.

Tout comme Jack Lang l'avait laissé supposer depuis quelques mois, Manuel Valls l'a clairement exprimé : "Nous nous reverrons à l'Assemblée Nationale... sur le banc des députés ou sur la plus haute marche de cette assemblée".
La présidence de l'Assemblée Nationale qui deviendrait une réalité en cas de victoire dimanche soir. La principale rivale PS, Ségolène Royal est donnée largement battue par un dissident socialiste dans la circonscription où elle se présente.

D'un côté l'aspect sécuritaire. De l'autre, l'aspect éducatif. La gauche a pensé à tout. Ce jeudi, c'est Vincent Peillon, le ministre de l'Education Nationale qui est dans les Vosges. Une visite à point nommée alors que le ministre a l'intention de revenir sur la loi Cherpion, du nom du député sortant UMP. Cette loi, voulue par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, permet "l'entrée précoce en apprentissage, dès 14 ans, c'est un retour au passé et non un progrès." selon le Ministre. Et d'ajouter, "16 ans nous paraît un âge raisonnable."

Pour l'heure, rien n'est fait. Jack Lang semble confiant pour le second tour. Face à lui, l'UMP Gérard Cherpion, dénonce le manque d'enracinement du candidat PS. Il n'hésite pas à railler son adversaire, qui se présente pour la première fois dans les Vosges. L'heure n'est pas à la défaite dans les rangs de l'UMP, mais bien à la mobilisation pour tenter de conserver les quatre circonscriptions vosgiennes.
Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2019, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: