Remiremont : clash de la majorité, la mairie ingouvernable ?

La discorde entre élus de la majorité s'étale sur la place publique alors qu'un conseil municipal extraordinaire a été reporté, quatre heures avant sa tenue.
Magnum la Radio Les élus de l'ex majorité
A Remiremont, c'est un nouvel épisode qui s'est joué vendredi soir, du feuilleton politique de l'été.
Depuis le conseil municipal du 24 juin, la majorité a volé en éclat sans plus d'explications. A l'origine, un désaccord de point de vue sur la gestion d'un dossier technique relatif à l'aménagement du stade.
A la surprise générale, le Maire Bernard Godfroy, annonce sa démission puis se ravise début juillet.
Depuis, la situation n'a cessé de se dégrader et aujourd'hui, visiblement le dialogue entre les élus est rompu.
L'annulation 4h avant le Conseil Municipal prévu vendredi soir, à la demande de l'ancienne majorité a tendu un peu plus les positions. Leur objectif était de clarifier les choses, ils l'ont fait devant la Mairie avec les quelques dizaines de romarimontains qui ont fait le déplacement.



Pour le Maire et son équipe, pas question de démissionner. Le report du Conseil Municipal de vendredi est "la conséquence d'une erreur juridique" selon lui. Un détail technique pour lequel, l'élu affirme avoir demandé conseil auprès du service spécialisé de l'association des Maires des Vosges. Lequel aurait répondu en début d'après-midi qu'il était possible de maintenir le Conseil Municipal mais que ses délibérations pouvaient être contestées et invalidées.
Une note technique qui accompagne chaque point à l'ordre du jour d'un conseil municipal n'a pas été fourni aux élus. Pour le Maire, c'est ni plus ni moins, un dysfonctionnement de ses services. Les agents concernés apprécieront.
Toujours est-il que la décision a été prise de reporter ce conseil municipal extraordinaire le 9 septembre prochain, avec, promet-il, "exactement le même ordre du jour". Actuellement en minorité, les débats s'annoncent très tendus.



La minorité de droite jubile des dissidences intestines de l'ex-majorité car à moins qu'une entente cordiale ne soit trouvée entre les membres de l'ex-majorité, au pire, on se dirige vers un blocage du fonctionnement de la Mairie, au mieux, un nombre d'élus démissionnaires suffisant pour provoquer de nouvelles élections. Et dans les deux cas, il semblerait que l'actuelle minorité soit en passe de se refaire une santé sans avoir à fournir le moindre effort, si ce n'est regarder et compter les coups. C'est visiblement la stratégie adoptée aujourd'hui.



Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2020, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: