Huit commissariats de Meurthe-et-Moselle ferment leur porte à l’occasion du « Jeudi noir ».

Plusieurs syndicats de policiers, rassemblés dans un bloc syndical majoritaire, appellent à un faire grève à 5 mois de Jeux olympiques de Paris 2024. Ce « jeudi noir » en Meurthe-et-Moselle va se traduire par une fermeture symbolique des huit commissariats du département, inquiets sur les conditions de travail et de logement du personnel de sécurité, alors […]

Magnum la Radio

Plusieurs syndicats de policiers, rassemblés dans un bloc syndical majoritaire, appellent à un faire grève à 5 mois de Jeux olympiques de Paris 2024.

Ce « jeudi noir » en Meurthe-et-Moselle va se traduire par une fermeture symbolique des huit commissariats du département, inquiets sur les conditions de travail et de logement du personnel de sécurité, alors que les olympiades parisiennes approchent à grand pas. A Nancy, un rassemblement est prévu devant l’hôtel de police, boulevard Lobau à midi, un autre rassemblement est programmé sur la place Stanislas.

Les policiers veulent réévaluer leur heures de travail

Concernant les revendication, le bloc majoritaire réclame dans son communiqué une prime exceptionnelle pour tous de 2000 euros ainsi que le paiement de toutes les heures supplémentaires effectuées sur la durée de l’évènement.

Dans un communiqué, le syndicat FO Unité SGP Police, majoritaire chez les gardiens de la paix se désolidarise de l’appel à la mobilisation pour ce 18 janvier. Le syndicat ne donne aucune consigne et « laisse ses adhérents décider eux-mêmes de se joindre ou non à ce mouvement ». Unité SGP rappelle avoir déjà mené une action le 10 janvier à Paris pour les mêmes raisons.