Coupe Davis à Nancy : Entame cauchemar pour les Bleus

Contre toute attente, la France se retrouve dos au mur dans son quart de finale face à l'Allemagne, après les défaites de Benneteau contre Kamke et de Tsonga face à Gojowczyk vendredi (0-2).
Magnum la Radio Si Julien Benneteau s'est sèchement incliné contre Kamke (notre photo), Jo Tsonga n'a ensuite pas réussi à remettre les deux équipes à égalité devant un public nombreux à Gentilly
Ultra-favorite sur le papier, la France était donné par beaucoup d'observateurs gagnante 3 à 0. Que nenni ! La modeste équipe d'Allemagne, privée de ses trois meilleurs joueurs, ne s'est pas présentée pas à Nancy-Gentilly en victime expiatoire, loin s'en faut. En témoigne cette première journée de vendredi où les deux Allemands auront fait bien plus que donner du fil à retordre aux Bleus.
L'après-midi avait bien mal débuté pour les Tricolores devant un public venu en nombre garnir le Palais des sports Jean Weille. En un peu moins de trois heures, le 92e joueur mondial, Tobias Kamke a refroidi un peu tout le monde en dominant en trois sets secs Julien Benneteau, qui menait pourtant quatre jeux à zéro dans le premier set (7-6 6-3 6-2).

Le Français, 50e joueur à l'ATP, ne disputait que son deuxième match en simple en Coupe Davis et malgré quelques bons passages et cinq balles de set dans la première manche, il n'a jamais réussi à prendre vraiment l'ascendant sur un adversaire totalement décomplexé à défaut d'être génial.

A l'issue de la rencontre, Benneteau se montrait très déçu de ce résultat. Ecoutez sa réaction sonore :



Ensuite c'était au tour de Jo-Wilfried Tsonga, le numéro français en l'absence de Richard Gasquet, d'entrer en piste face à Peter Gojowczyk, 111e joueur mondial. Un match très accroché avec un Allemand sans complexe et qui n'a pas hésité à lâcher ses coups. Tsonga a eu les opportunités et deux balles de match pour s'imposer dans la quatrième manche avant de céder en 5 sets (5-7, 7-6 [3], 3-6, 7-6 [8], 8-6 en 4h19').

Après cette première journée, l'Allemagne mène deux à zéro et la France dos au mur, doit maintenant gagner le dos et les deux derniers simples pour rallier les demi-finales. 

Lire les réactions de Tsonga et de Clément :

Jo-Wilfried Tsonga : «Je m'en veux. Oui, ça fait mal. Je n'ai pas envie de revivre ça. J'ai le match en mains pendant quatre heures et je le perds. Je dois mener deux sets à rien. En entrant sur le terrain à 1-0, mon adversaire (Peter Gojowczyk) s'est senti pousser des ailes. Il a fait un super match, il a été vaillant et il a aussi eu beaucoup de réussite. Il ne joue pas tous les jours comme ça, sinon il ne serait pas 119e mondial. Je regrette bien sûr cette volée ratée sur ma balle de match. C'est horrible. La balle arrive vite et elle monte, elle monte et sort. Maintenant, ce n'est pas fini. Si on me demande de jouer en double, j'irai. Physiquement, je suis solide. Et dimanche, on va se battre comme des fous.»
A lire aussi

Arnaud Clément (capitaine de l'équipe de France) : «C'est une journée très difficile. Deux matches où nous étions favoris, deux défaites. Un scénario assez extraordinaire sur le match de Jo (Tsonga)... Les deux joueurs allemands sont parvenus à se sublimer. C'est dur pour l'équipe. On a mis du temps à encaisser. C'est quand même un choc pour nous. Mais on est déjà sur une dynamique positive. Sur le double, nous serons favoris. On n'a plus le droit à l'erreur et on le sait. Le tennis, c'est parfois cruel. Mais la seule différence avec la Coupe Davis, c'est que, ce soir (vendredi), nous ne sommes pas éliminés. On est mené 2-0 mais c'est déjà du passé. On est toujours vivants. On va prendre les choses dans l'ordre. Là, dans nos têtes, on est déjà passés sur le double.»

Le programme de samedi et dimanche :

Samedi
À partir de 14 heures
Michael Llodra/Gaël Monfils - Andre Begemann/Tobias Kamke

Dimanche (si besoin)
À partir de 13h30
Jo-Wilfried Tsonga - Tobias Kamke
Suivi de
Julien Benneteau - Peter Gojowczyk


Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2019, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: