Julien Absalon : objectif Paris 2024 pour son équipe !

L'ancien VTTiste vosgien démarre 2019 avec une seule et même casquette : celle de manager de son équipe "Absolute Absalon".
Magnum la Radio Julien Absalon a présenté son équipe à la Confiserie bressaude

{loadGALLERY11f6db993d053bb8358ae27391754251}

Retraité depuis mai 2018, Julien Absalon n'a pas chômé pour autant depuis. Il s'est investi pleinement dans l'équipe qu'il a montée, en devenant à 100% un manager. Cette semaine, il a présenté les jeunes recrutés. Trois jeunes français : Mathis Azzaro, Thomas Bonnet et Axel Zingle qui évolueront tous en U23 en 2019. Et puis le chef de file, Jordan Sarrou (26 ans, 8e aux derniers Mondiaux).

Julien Absalon a dévoilé ses ambitions : "Jordan Sarrou est venu me voir pour me dire qu'il était très motivé pour intégrer l'équipe en septembre 2018, je me suis démené les mois suivants pour pouvoir le signer. Il va tirer les trois espoirs vers le haut." Le but affiché est clair : accompagner ces jeunes prometteurs vers les plus grandes échéances, les JO de 2020 et surtout Paris 2024.

"J'avais envie de plus m'investir dans la transmission, et prendre à fond mon rôle de manager, j'ai arrêté ma carrière en partir pour cela. Je veux transmettre toute l'expérience que j'ai acquise pendant toutes mes années de compétition, essayer de les mettre dans les meilleures conditions pour qu'ils prennent la relève."

"Là on entre dans le vif du sujet, ce qui m'intéresse le plus, c'est la gestion des compétitions et la préparation sportive. Avant cela, il a fallu passer par toute la partie administrative, boucler un budget, rechercher des partenaires. Il a fallu que j'apprenne toute cette partie là, mais c'est intéressant d'apprendre autre chose. Ce n'est pas facile. C'est stressant parfois. Il y a des prises de risques quand je m'engage sur certains projets."

"Parfois, il y a un manque de la compétition, l'adrénaline, mais j'ai quand même réussi à courir au haut niveau jusqu'à 38 ans, et puis j'ai eu le déclic, et je suis content de l'avoir eu ce déclic, car j'avais peur d'avoir des regrets. Il y avait mes problèmes d'allergies, l'envie de m'investir plus pour mon équipe en tant que manager, et d'autres éléments mis bout à bout."
Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2019, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: