Municipales : quels projets pour les trois candidats de Contrexéville ?

Présentation des trois candidats qui briguent la mairie de Contrexéville.

Trois candidats pour 3 200 habitants. La majorité sortante a éclaté. Pour les prochaines années, la commune va bénéficier du programme gouvernemental de revitalisation bourg-centre qui consiste à soutenir le commerce de centre ville, permettre la rénovation de bâtiments au patrimoine remarquable, faire émerger de nouvelles activités pouvant attirer des touristes, lutter contre les friches immobilières.

Premier candidat : Thierry Dané, 58 ans. Il travaille à la DDT à Epinal, il chargé de mission en rénovation urbaine et la lutte contre l’habitat indigne. Il représente l’équipe sortante. Sur sa liste de 23 personnes, 11 sont des conseillers sortants. « On a perdu une seule personne, c’est le maire qui a fait un autre choix, qui a décidé de partir avec l'opposition.» Thierry Dané, encore premier adjoint aux finances pour quelques jours, défend son bilan : « On a assaini les comptes avec 1,3 million de dettes en moins. Maintenant, on veut continuer sur la face visible."



Deuxième candidat : Luc Gerecke, maire sortant et vice-président du conseil départemental. "Six ans, c'est trop court pour un mandat. Je souhaite continuer ce que l'on a commencé." Il mise beaucoup sur l’agrément rhumatologie que doivent obtenir prochainement les thermes et ce, afin de développer l’attractivité de la commune. "Dès la première année, nous pensons accueillir entre 800 et 1 000 curistes supplémentaires. Dans le cadre du programme bourg-centre, nous travaillons avec des urbanistes pour redessiner le centre-ville."


Troisième candidat : Chantal Lemoine, ancien secrétaire général de la mairie, désormais retraité. Il met en avant son expérience et sa connaissance précise des dossiers qui animent la municipalité depuis une vingtaine d'années. Il pointe "des finances dans le rouge. La commune n'a quasiment plus de marge de manoeuvre pour investir. Il va falloir faire des économies, mais sans augmenter les impôts locaux qui sont déjà suffisamment élevés au regard des services maigrichons. Pour redonner de l'attractivité au centre ville, il faut déjà que la ville soit propre. Par exemple, les fontaines sont dans un état lamentable, même leur architecte s'en est ému."

Publié:
Mis à jour:
Magnum la radio © 2020, tous droits réservés.
On Air
×
A l'antenne: