Menu
Vous êtes ici»

Région : les Lorrains attentifs après la fusion des départements alsaciens

Face à la création d'une Collectivité Européenne d'Alsace, les élus lorrains n'entendent pas se laisser faire.
 
Carte du Grand-Est © Par Superbenjamin — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=37401991
Carte du Grand-Est

Ils ne veulent pas d'une Grande Région à deux vitesses et le font savoir. Les présidents des conseils départementaux de la Meuse, des Vosges et de la Meurthe-et-Moselle entendent rester vigilants. Se fendant d'un communiqué, au lendemain de l'annonce de la création au premier janvier prochain, d'une Collectivité Européenne d'Alsace, issue de la fusion entre les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. 

Une collectivité, qui va se voir doter de compétences particulières, notamment en termes de transports, de coopération transfrontalière, de bilinguisme ou encore de culture. 

François Vannson (Vosges), Mathieu Klein (Meurthe-et-Moselle) et Claude Léonard (Meuse) disent "prendre acte" via communiqué, de la création de la future collectivité alsacienne. 

"L'État reconnaît ainsi les défis singuliers de nos territoires européens, vivant en proximité et interdépendance avec les pays voisins de la France. Mais ce « cousu main » alsacien ne saurait reposer sur un sentiment ou une volonté de réparation, au risque, alors, d’endommager fortement la construction d’une Région Grand Est encore fragile." écrivent les élus. 

Les présidents des conseils départementaux, visent ici, les fameuses compétences particulières accordées à la future collectivité alsacienne.

"Dans ce cadre, l’attribution de compétences particulières autour de l’action transfrontalière, du plurilinguisme, du développement économique, de l’attractivité, du tourisme, des transports, de la culture et du sport, intéresse tout autant les Lorrains.

Est-il utile de rappeler ici que nous vivons au quotidien la réalité européenne avec le Luxembourg, la Belgique et l’Allemagne, dans lesquels se rendent chaque jour 100 000 Lorraines et Lorrains pour travailler ?

Nous souhaitons que les Lorrains des départements, des métropoles, des EPCI et des communes se retrouvent rapidement pour discuter de leur avenir au sein du Grand Est et prennent enfin leur destin en main."

Les présidents des conseils départementaux comptent bien faire entendre leur voix, pour défendre les intérêts de leurs territoires, face au risque de voir se créer un Grand-Est à deux vitesses. 

"Nous réaffirmons avec fermeté que nous n’accepterons pas une région à plusieurs vitesses, avec un conseil régional disposant de compétences partagées sur son territoire siège au bénéfice d’une collectivité départementale, tandis que les autres se contenteraient du droit commun administré depuis Strasbourg." expliquent Mathieu Klein, François Vannson et Claude Léonard.

Dernière modification le mercredi, 31 octobre 2018 08:19
Retour en haut

La radio

Info régionale

Sport en région

Jeux

Services en ligne

Standard03 29 08 08 87
SMS72 800